Comment est fait notre squelette ?

Contrairement aux échafaudages, le squelette se contente pas uniquement de soutenir le corps : il est aussi extrêmement mobile. Principalement constitué des os, il représente la charpente du corps humain. De sa constitution à son développement, découvrez tout à propos du squelette humain.

Les os : piliers du squelette humain

Les os ont un métabolisme interne actif qui leur permet de s’adapter et de se renouveler continuellement en réponse au stress. La forme de chaque os dépend de sa fonction : il peut former une capsule ou une coquille protectrice comme le crâne ou la lame pelvienne, ou surtout il peut permettre le mouvement comme l’extrémité sphérique de l’humérus dans l’articulation de l’épaule. La fonction détermine également la nature d’un os : les os protecteurs tels que le crâne ou le sternum sont généralement des plaques plates. Les os des bras et des jambes, en revanche, sont principalement constitués d’os tubulaires stables mais relativement légers. Constitué d’environ 210 os chez l’adulte, le squelette est divisé en plusieurs parties :

1. Le squelette de la tête

Le crâne enferme et protège le cerveau qui flotte dans le liquide cérébral ainsi que l’oreille moyenne et l’oreille interne. Le crâne facial protège les yeux, la cavité buccale et les voies respiratoires supérieures. Il détermine également la forme du visage avec les orbites du nez et des yeux, les joues et la forme de la mâchoire inférieure. Les os plats du crâne sont massifs, mais pas particulièrement épais.

A la naissance, les plaques crâniennes ne sont reliées que par du tissu conjonctif. Cela permet à la tête de se déformer, ce qui facilite la naissance. Les connexions flexibles, les fontanelles, ne se ferment qu’au cours de la troisième année de vie. Cependant, le crâne continue de croître jusqu’à ce que la croissance du cerveau soit terminée. A l’âge de 10 ans, il a presque atteint sa taille définitive.

2. Le squelette du fuselage

Le squelette du tronc comprend la colonne vertébrale. Il est à la fois souple et stable, maintient le corps en position verticale et relie ses parties. Ses éléments de base sont les vertèbres, dont la forme varie en fonction de leur position. À mesure que la charge du poids du corps augmente du cou au bassin, les vertèbres deviennent de plus en plus grosses vers le bas.

Les vertèbres thoraciques ainsi que les côtes et le sternum forment la cage thoracique. Les côtes entourent et protègent les poumons et le cœur, et maintiennent également le tronc stable. Il y a normalement douze côtes de chaque côté de la cage thoracique, avec le sternum au milieu. Pour permettre à la cage thoracique de s’étendre lors de la respiration, les côtes sont reliées au sternum à l’avant par de longs cartilages thoraciques, et aux vertèbres à l’arrière par des articulations.

Chez la plupart des gens, cependant, seules les sept paires de côtes supérieures sont directement reliées au sternum. On les appelle des “vraies” côtes. Sur les cinq paires de “fausses” côtes, les deux plus basses se terminent généralement librement dans la paroi abdominale latérale. La cage thoracique peut bien absorber même les chocs les plus violents, surtout dans la région du sternum.

3. Le squelette des membres

L’épaule est l’articulation la plus souple et en même temps la plus compliquée du corps humain. Bien qu’elle ne contienne que trois os : omoplate, clavicule et humérus. Elles sont reliées entre elles et à la cage thoracique par de nombreux muscles, tendons et ligaments. Sa grande mobilité est cependant munie d’une stabilité limitée : Cela signifie qu’elle peut se disloquer relativement facilement, mais cela est normalement empêché par des muscles et des tendons forts qui permettent également de maintenir la plaque osseuse triangulaire de l’omoplate.  La ceinture scapulaire n’est attachée à la poitrine que par la clavicule. Il relie le sternum et l’omoplate. Son coin supérieur extérieur est renforcé et forme une cavité plate dans laquelle la tête ronde de l’humérus peut se déplacer. 

Le bassin forme un anneau osseux qui, d’une part, ancre la colonne vertébrale de manière stable et, d’autre part, relie les jambes au tronc de manière mobile via l’articulation de la hanche. La partie inférieure de la colonne vertébrale, le sacrum, forme le centre de l’anneau pelvien. Il est relié à l’os de la hanche par deux articulations, sacro-iliaque. Il se compose de l’ilion en forme de pelle, de l’ischion et de l’os pubien. L’os de la hanche porte la cavité de l’articulation de la hanche, dans laquelle se trouve la tête ronde du fémur. La rotule est également extrêmement mobile. Bien que les jambes ne puissent pas tourner comme les bras au niveau de l’épaule, l’articulation de la hanche est plus stable.

Jusqu’à la fin de la puberté, les parties pelviennes sont reliées par des articulations cartilagineuses, qui s’ossifient ensuite. Chez la femme, le bassin devient plus large et plus plat que celui de l’homme pendant cette période, de sorte que la tête de l’enfant passe par l’orifice pelvien à la naissance.

4. Le squelette du bras et de la jambe

L’humérus est entouré de muscles, de sorte qu’il ne puisse être ressenti qu’à l’articulation du coude. Elle est constituée d’une forte capsule et de nombreux ligaments. Elle relie l’humérus au cubitus et au radius de l’avant-bras qui peut, d’ailleurs être tourné grâce à elle. Si la paume est tournée vers le bas, les deux os de ce dernier se croisent. Elle permet également de fléchir le bras. Cela offre la possibilité de tourner la paume de la main : Lorsque le bras est étendu avec la paume vers le haut, le cubitus et le radius sont parallèles. 

L’os de la cuisse a un cou court et une tête qui, avec la cavité abdominale, forme l’articulation de la hanche. Le col dépasse latéralement de la tige du fémur – de quelle distance, a une influence décisive sur la pression et les forces de flexion que le col du fémur doit supporter. L’angle entre le cou et la tige change au cours de la vie – tout comme les schémas de charge du corps changent.

Dans l’articulation du genou également, les os concernés sont formés de telle sorte qu’ils répartissent les forces du poids du corps sur une surface aussi grande que possible. L’os de la cuisse, par exemple, présente une large surface d’appui recouverte de cartilage avec deux cuspides osseuses (condyles).

La face inférieure de l’articulation du genou forme la tête du tibia. L’os du mollet y est fixé par des ligaments. Les deux os de la jambe sont également reliés sur toute leur longueur par une bande fibreuse, qui sert également de point d’attache pour certains muscles. Avec l’os de la cheville du pied, les deux os forment l’articulation supérieure de la cheville.

Chez l’adulte, les articulations de la hanche, du genou et de la cheville sont normalement alignées. Les enfants ont généralement des jambes arquées jusqu’à la fin de la troisième année de vie, après quoi une jambe arquée peut parfois se développer. Avec la croissance, les malpositions se corrigent généralement d’elles-mêmes.

Comment le squelette se développe-t-il ?

Les formes de base des os sont déjà créées dans l’embryon. Jusqu’à la naissance, ils se développent dans le squelette cartilagineux encore souple du nourrisson, qui ne s’ossifiera que progressivement au cours de la première année de vie. La croissance osseuse se poursuit ensuite jusqu’à la fin de la puberté : pendant cette période, chaque os augmente en longueur, en largeur et en épaisseur. Comme les différentes parties du squelette ne se développent pas de manière uniforme, les proportions du corps se déplacent jusque-là de manière répétée. 

À partir du milieu de l’âge, les os redeviennent lentement plus fins : la masse osseuse est réduite. En fonction de divers facteurs d’influence, la construction et la reconstruction du squelette durent toute la vie.

Le processus d’ajustement des différents os de sorte à créer un squelette fonctionnel reste inconnu. Ce n’est que lorsqu’il y a des lacunes ou des écarts importants dans les proportions que des malformations se produisent, qui entraînent alors des handicaps ou des plaintes. Outre les défauts des gènes qui coordonnent la croissance du squelette, des influences externes telles que le manque d’oxygène, les infections virales ou les médicaments – surtout pendant la grossesse – peuvent également perturber la croissance des os et le développement du squelette.