Comment se manifeste la polyarthrite rhumatoïde ?

Les arthropaties ou maladies des articulations peuvent provenir de la génétique, d’un traumatisme, d’un virus, d’une inflammation. Concernant cette dernière, il peut s’agir de de l’arthrite, une maladie inflammatoire qui touche tissu interne de l’articulation. Il peut aussi s’agir de la polyarthrite,  quand plusieurs articulations ont été atteintes l’inflammation . Elle peut prendre différentes formes dont la polyarthrite rhumatoïde est la plus fréquente.

Qu’est-ce que la polyarthrite rhumatoïde ?

Cette maladie signifie une présence de  facteurs rhumatoïdes dans le sang. C’est une protéine anormale qui possède une activité d’auto-anticorps. Ils s’attaqueront donc aux propres cellules de l’organisme. C’est pourquoi on parle de maladie auto-immune dans le cas de la polyarthrite rhumatoïde. Différents facteurs peuvent être des causes de cette maladie : le tabagisme, la génétique, des facteurs hormonaux… Quant aux symptômes permettant de suspecter la polyarthrite rhumatoïde, les voici : douleurs articulaires, articulations douloureuses symétriques, raideur et engourdissement des articulations pendant une durée d’au moins 30 minutes…

Comment traiter la polyarthrite rhumatoïde ?

Différents traitement existent pour la prise en charge d’un patient atteint de la polyarthrite rhumatoïde :

  • Thérapie physique

Le traitement par la physiothérapie vise à soulager la douleur et à maintenir la mobilité des articulations le plus longtemps possible. Elle sert également à détendre les muscles.

Thérapie par la chaleur et le froid, électrothérapie, bains médicaux, massages ou bains d’exercices : pour ces traitements, il est important de mettre au point un concept de thérapie individuel pour chaque patient. Cependant, il n’est pas possible de se passer de la thérapie de base par ces mesures.

La cryothérapie peut prendre la forme de bains, de poches de glace ou d’un séjour dans une chambre froide (cryothérapie du corps entier). Les récepteurs de la douleur dans la peau sont temporairement bloqués par le froid, ce qui réduit la conduction de la douleur dans les fibres nerveuses. En même temps, la thérapie a un effet décongestionnant et anti-inflammatoire.

La thermothérapie favorise la circulation sanguine et la relaxation musculaire. En même temps, il stimule le métabolisme. La chaleur peut être générée par des bains, de l’air chaud, de la lumière rouge, des ultrasons ou de l’électricité. Toutefois, en cas d’inflammation articulaire aiguë, le traitement thermique n’est pas recommandé car il favorise le processus inflammatoire.

Dans l’ensemble, cela s’applique à la fois aux applications de refroidissement et de chauffage : Tous les patients ne bénéficient pas des mêmes avantages. La thérapie physique doit donc être adaptée aux préférences respectives.

La thérapie par le bain (balnéothérapie) utilise une combinaison de différentes physiothérapies. Les bains froids ou chauds dans différents liquides (bain de soufre, bain de saumure) sont combinés à une action mécanique (flottabilité) ou à des courants électriques (bain de Stanger).

Le massage classique aide à lutter contre les tensions musculaires. L’électrothérapie a des effets différents selon les fréquences. Dans la gamme des basses et moyennes fréquences, il a un effet favorisant la circulation sanguine et soulageant la douleur, dans la gamme des moyennes fréquences, il renforce également les muscles et dans la gamme des hautes fréquences, en tant que thérapie thermique, il a un effet plus profond. Les patients portant un stimulateur cardiaque ou des implants métalliques (tels que des articulations artificielles) ne sont pas autorisés à utiliser la thérapie ou seulement dans une mesure limitée.

La protection d’une articulation malade ne fait qu’accélérer le raidissement et surcharger les articulations saines. Les sports modérément pratiqués (natation, cyclisme, gymnastique, marche) sous la direction d’experts maintiennent la mobilité et renforcent les muscles. Le sport en groupe est non seulement plus amusant, mais aussi plus motivant. Toutefois, les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde doivent toujours consulter leur médecin en premier lieu pour savoir s’ils peuvent pratiquer un sport, lequel et à quelle intensité.

  • Thérapie psychologique

Les maladies chroniques telles que la polyarthrite rhumatoïde ont toujours un impact sur le psychisme. La thérapie psychologique vise à faciliter l’adaptation à la maladie et à la douleur. Mais les techniques de relaxation, telles que l’entraînement autogène, peuvent également aider les patients rhumatisants à mieux gérer leurs souffrances.

Dans près de la moitié des cas, la polyarthrite rhumatoïde à long terme s’accompagne de maladies psychiatriques : principalement des maladies dépressives et des troubles anxieux. Ces derniers devraient être traités de manière aussi cohérente que la maladie rhumatismale elle-même, dans le sens d’un concept holistique. Ainsi, la dépression est généralement bien traitable ; le meilleur effet est obtenu par une combinaison de médicaments et d’une psychothérapie régulière.

Polyarthrite rhumatoïde et mode de vie

Un régime alimentaire spécial ne peut pas remplacer un traitement conventionnel, mais il peut la soutenir positivement.

Les recommandations nutritionnelles élaborées des années précédentes dans le cadre des régimes dits “rhumatismaux” sont considérées comme dépassées. Cependant, un régime alimentaire pauvre en viande est une bonne idée. La viande contient de grandes quantités d’acide arachidonique, un précurseur des prostaglandines qui favorisent l’inflammation. Une alimentation riche en calcium et en vitamines est importante pour prévenir l’ostéoporose. Aujourd’hui, un “régime méditerranéen” est généralement recommandé, ce qui signifie

– plus de graisses végétales, moins de graisses animales

– moins de viande et plus de blanc que de viande rouge

– plus de poissons

– plus de légumes, de fruits et de fibres

En outre, une réduction des glucides rapidement résorbables est utile pour la santé.

Il faut absolument arrêter de fumer complètement avec l’aide d’une thérapie professionnelle contre la dépendance. Le tabagisme augmente l’activité de la maladie, réduit la réponse au traitement et augmente considérablement le risque déjà accru d’artériosclérose.

L’alcool peut être consommé avec modération, en portant une attention particulière à la nocivité de la toxine cellulaire pour le foie lors de la prise de certains médicaments tels que le méthotrexate ou les anti-inflammatoires non stéroïdiens. Par exemple, un homme ne doit pas boire plus de cinq “verres” par semaine, alors qu’une femme doit en boire moins. Une “boisson” est une petite bouteille de bière ou un verre de vin (environ 12 grammes d’alcool).

Un entraînement d’endurance régulier réduit la douleur, augmente l’endurance, réduit la fatigue et a probablement aussi un effet positif sur le système immunitaire par l’intermédiaire des “myokines”. L’effet des “capteurs de radicaux” (tels que les vitamines E et C, le sélénium et le zinc) dans la polyarthrite rhumatoïde n’a pas été scientifiquement prouvé. Comme ces produits ont également des effets secondaires, vous devez toujours consulter votre médecin ou votre pharmacien avant de les utiliser !