Qu’est-ce que l’ECG (électrocardiogramme) et que décrivent les courbes ?

Que ce soit pour des examens de routine ou pour la clarification de plaintes cardiaques : de nombreuses personnes ont déjà subi un électrocardiogramme (ECG). Mais qu’est-ce qui est réellement mesuré et que montre la courbe ECG ?

Les cellules nerveuses et musculaires communiquent par des signaux électriques et chimiques. Des impulsions électriques régulières contrôlent également les battements du cœur. Elles sont déclenchées par le “nœud sinusal” situé dans l’oreillette droite du cœur et se propagent dans le muscle cardiaque comme de petites impulsions électriques. Cela provoque d’abord la contraction des oreillettes, puis celle des ventricules. La propagation des impulsions électriques dans le muscle cardiaque peut également être mesurée sur la peau. Un ECG mesure ces fluctuations de courant ou plus exactement, des fluctuations de tension, en différents points de la peau et les affiche sous forme de courbe. La courbe ECG est appelée électrocardiogramme.

 

Quand l’examen d’ECG est-il proposé ?

Un ECG est effectué pour vérifier le fonctionnement du cœur. Il enregistre notamment la fréquence des battements du cœur par minute et la régularité des battements. Il s’agit respectivement de la fréquence cardiaque et du rythme cardiaque. Cet examen peut fournir des informations importantes sur votre santé. Il vous renseigne par exemple sur un rétrécissement des artères coronaires, une crise cardiaque ou des troubles du rythme tels que la fibrillation auriculaire.

 

Que montre un ECG ?

Si le cœur bat de façon régulière, on obtient le schéma ECG typique. Le premier pic, appelé l’onde p, montre comment l’impulsion électrique ou excitation se propage dans les oreillettes. Les oreillettes se contractent, pompent le sang dans les ventricules et se détendent immédiatement. L’excitation atteint alors les ventricules. Dans l’ECG, cela est visible sous forme de pics Q, R et S, le soi-disant complexe QRS, dans lequel les ventricules se contractent. Ensuite, l’onde T indique que l’excitation s’atténue et que les ventricules se détendent à nouveau.

Dans le cas des maladies cardiaques et des troubles du rythme, les modifications de l’ECG sont évidentes. Leur apparition et leur progression peuvent fournir des indices sur les causes de la maladie.

 

Comment se déroule l’enquête ?

Les courants cardiaques peuvent être “détournés” à la surface de la peau et ce, même sur les bras et les jambes. La norme est l'”ECG à 12 canaux” qui utilise un total de dix électrodes. Six sont placés sur la poitrine, une sur chaque avant-bras et une sur chacun des mollets. S’il y a beaucoup de poils, ces zones sont rasées au préalable ; sinon, aucune préparation n’est nécessaire. Les électrodes sont reliées à l’appareil ECG par des câbles. L’appareil convertit les données reçues en courbes ECG et les stocke. Selon l’appareil, les courbes peuvent également être imprimées.

 

Quels sont les types d’examen ?

Pendant un ECG de repos, le patient est allongé sur le dos, détendu, avec le haut du corps nu. Il est très important de rester allongé et confortable pendant l’examen. En effet, la tension musculaire, le mouvement, la toux ou les tremblements peuvent fausser le résultat. La mesure prend environ une à cinq minutes au maximum.

Avec l’ECG d’effort, les courants cardiaques sont mesurés pendant l’effort physique. Cela se fait généralement en pédalant sur un vélo ergomètre. La charge est augmentée en permanence jusqu’à un niveau de performance élevé en rendant les pédales de plus en plus difficiles à pédaler. En cas de modification de l’ECG, l’examen est arrêté plus tôt. En plus de la courbe ECG, l’examen fournit également des données sur la puissance de sortie en watts. La pression artérielle est aussi contrôlée régulièrement.

Un ECG à long terme enregistre généralement les courants cardiaques sur 24 heures. Pour cela, trois ou quatre électrodes sont fixées sur la poitrine. Un petit appareil d’enregistrement est porté à la ceinture ou accroché au cou. Les données de l’ECG sont ensuite transférées sur un ordinateur dans le cabinet du médecin pour être évaluées. À cette fin, le médecin aura également besoin plus tard d’informations sur la routine quotidienne. Il pourrait s’agir d’événements spéciaux, de l’activité physique, du sommeil, etc. Un ECG à long terme est pris, par exemple, si l’arythmie cardiaque ne se produit que de façon intermittente et n’est donc pas perceptible sur un ECG normal.

 

Que décrivent les courbes d’un ECG à 12 dérivations ?

L’ECG à 12 canaux tire parti du fait que les impulsions du cœur ne se répartissent pas uniformément sur la peau. L’appareil compare la force des impulsions entre deux électrodes – les experts appellent cela des “dérivations”. Une dérivation correspond, par exemple, à la mesure des deux électrodes sur les bras. Dans un ECG à 12 canaux, un total de douze pistes sont prises.

En fonction de la dérivation dans laquelle les déviations sont indiquées, les experts peuvent, par exemple, identifier dans quelle zone du muscle cardiaque un infarctus s’est produit. Ils peuvent aussi déterminer si une arythmie cardiaque est plus susceptible de prendre naissance dans la cavité droite ou gauche du cœur.