Liposculpture : procédure, résultats et témoignages

Parfois, le désir d’éliminer la “graisse localisée inconfortable” dans une ou plusieurs parties du organisme ne réussit pas seulement avec une alimentation équilibrée et de l’exercice. Parallèlement, la personne peut ressentir le désir de “modeler” ou même d’augmenter certaines parties de l’organisme. Dans ce cas, une liposculpture peut donc être indiquée.

“Il s’agit de la liposuccion de différentes parties du corps, afin de donner un contour plus harmonieux au organisme. Dans certains cas spécifique, la greffe de la propre graisse du volontaire est également utilisée”.

Comment se déroule l’opération ?

La liposculpture peut être effectuée sur pratiquement toutes les parties du corps. “La situation principale est de corriger cette graisse localisée dont le volontaire n’est pas satisfait, et qui ne pouvait pas être éliminée avec des exercices physiques, ou le manque d’harmonie des parties du corps”.

On peut dire qu’ils sont de bons candidats pour la liposculpture : des personnes qui ont des graisses localisées même si elles sont à leur masse idéal ou proche de celui-ci, et qui en même temps ont un manque de volume dans une autre partie du corps. Il convient de rappeler que ce type de chirurgie est fait pour remodeler l’organisme, mais pas pour perdre du masse.

Considéré comme une “chirurgie artistique”, dans ce type d’intervention, le chirurgien retire la graisse des zones où elle est en excès (fait la liposuccion) et dans certains cas, grâce à un traitement de cette gras liposucrée, l’utilise pour corriger des zones de dépression et promouvoir un contour corporel qui plaît au patient, par exemple en soulignant les courbes et en augmentant la taille des fesses (si indiqué).

L’opération dure généralement d’une à trois heures, en fonction de la quantité de graisse à liposucer.

“Les canules sont utilisées pour la liposuccion de la graisse. Chaque partie du corps possède une canule spécifique. Par exemple, la canule utilisée sur le dos est de 5 mm. Dans l’abdomen, de 3 à 4 mm. Une incision d’un demi-centimètre est faite, et la canule est insérée pour aspirer. Ensuite, si nécessaire, on procède à la greffe de graisse du volontaire lui-même”.

“On utilise généralement l’anesthésie générale, qui est plus sûre que l’anesthésie locale avec sédation que la plupart des gens ne le pensent. Le temps d’internement est, normalement, de 24 heures”.

Les cicatrices ont tendance à être petites et sont généralement situées dans des “zones cachées”, par exemple sous la marque du bikini, à l’intérieur du nombril, dans le pli de la poitrine.

Comme toute chirurgie, la liposculpture présente des risques. “C’est pourquoi elle doit être effectuée dans un environnement hospitalier, avec un soutien en soins intensifs, et il est également essentiel qu’elle soit effectuée par des professionnels plastiques, membres de la société brésilienne de chirurgie plastique”.

8 innovations en matière de produits de beauté seront bientôt disponibles

Selon nos recherches, la liposculpture peut coûter entre 2 000 et 12 000 € Mais il convient de mentionner que le prix varie beaucoup en fonction du lieu où l’opération sera pratiquée. De plus, les professionnels plastiques ne peuvent pas parler de valeurs, selon les règles du CFM (Conseil fédéral de la médecine).

  • Lors d’une première consultation, longue et détaillée, le professionnel doit parler des souhaits et des désirs du volontaire. “C’est à nous, médecins, de faire un diagnostic et de proposer un traitement chirurgical ou clinique”.

La préparation se poursuit, en demandant des examens préopératoires pertinents.

Principaux soins préopératoires

L’alimentation doit être équilibrée et pauvre en graisses saturées, en sucre raffiné et en produits industrialisés.

Il convient de consommer certains nutriments favorables au processus de guérison, tel que les vitamines A, E, B1, C, le magnésium et le zinc, qui peuvent être obtenus par les moyens suivants : carotte, fromage, foie, potiron, sardine, jaune d’œuf, mangue, tomate, graine de tournesol, coton et soja, huile de safran, huile de soja, huile d’olive, banane, chou, beurre, noix, viande, arachide, huile de coco, sésame, graines de lin.

L’alimentation doit contenir beaucoup de fibres, car ce soin évite l’apparition de coliques et de constipation intestinale en période postopératoire (fruits, légumes, pain complet, noix, légumes, céréales complètes et son). Les aliments contenant du fer doivent être consommés pour éviter l’anémie et les difficultés de guérison.

La consommation de papaye est une bonne demande, car la papaïne contenue dans le fruit est bonne pour la circulation, et a encore des propriétés curatives. La consommation d’une bonne quantité d’eau est très indiquée.

Les aliments très salés ou épicés doivent être évités, car ils sont responsables de la rétention d’eau (piments de Cayenne et de Cayenne, oignons, ail, radis, gingembre, aliments épicés en général). Les bonbons (gâteaux, tartes, chocolats) doivent être évités, car ils nuisent à la guérison.

Les médicaments amaigrissants (coupe-faim), qui peuvent être utilisés, ne doivent pas être utilisés pendant une période d’un mois avant l’opération. Aucune boisson alcoolisée ne doit être consommée.

Il est recommandé d’arrêter de fumer au moins 15 jours avant l’opération et de suspendre certains médicaments qui pourraient modifier le résultat de l’opération. Ces médicaments seront informés par le médecin.

Vous devez jeûner la veille de l’opération après un dîner léger, selon les conseils du médecin.

Principaux soins postopératoires

Moreira souligne comme principales lignes directrices pour le postopératoire :

Évitez les sucreries et le chocolat, car ce sont des aliments qui ne contribuent pas à la digestion et qui offrent des graisses et des sucres en grande quantité. Ils interfèrent également dans la production de collagène et contribuent à augmenter la flaccidité.

Évitez le lait et les produits laitiers qui peuvent causer de la constipation, des gaz et empêcher l’absorption de nutriments essentiels à ce stade.

Évitez la consommation de graisses saturées, telles que les chips, la plupart des margarines, le maïs soufflé aux micro-ondes, les gâteaux, les tartes industrialisées et les biscuits farcis.

Évitez la caféine (café, cola soda, thé noir).

Évitez la consommation de viande rouge, car elle rend la digestion difficile, provoque des malaises, surcharge les reins et le foie et génère également un déséquilibre entre les bonnes et les mauvaises bactéries vivant dans l’intestin (ce qui entraîne la constipation).

Évitez les aliments fermentés tels que les haricots, les lentilles, les pois chiches, le chou et les pâtes.

Ne consommez pas de boissons alcoolisées, car l’alcool et les médicaments ne vont pas ensemble ! L’ingestion peut modifier l’effet des médicaments, potentialiser leurs propriétés en provoquant des réactions indésirables ou simplement ne pas résoudre le problème.

Évitez le sel (saucisses, fumées, sauces prêtes à l’emploi).

Consommez de la vitamine C, présente dans les fruits, principalement la fraise, l’orange, la goyave, l’acérola et le citron, et dans les légumes, le poivron vert et la tomate.

Consommez de l’eau, des jus naturels, avec du melon, de l’ananas et de la pastèque. Ces boissons aident à hydrater l’organisme, à compenser la perte de liquides et à diminuer les gonflements.

Consommer des probiotiques (yaourt et lait fermenté), qui contiennent des micro-organismes qui aident à équilibrer la flore intestinale.

Manger de l’œuf, qui fournit des protéines (elles reconstruisent les tissus perdus pendant l’opération).

Mangez du potiron, de la carotte, de l’abricot, de la mangue, des épinards, du chou, de la tomate et du raisin, qui sont des aliments riches en actifs aux propriétés antioxydantes, qui bloquent l’action des radicaux libres (libérés lors de la chirurgie plastique).

Manger des noix du Brésil, qui apportent du sélénium, un puissant élément antioxydant.

Mangez du saumon et du thon qui, en plus de contenir beaucoup de protéines, offrent de bonnes graisses, riches en Oméga 3, qui aident à prévenir les inflammations.

Consommer des fibres, qui améliorent la fonction intestinale et font baisser le taux de cholestérol. Bonnes options : légumes, papaye, prunes, nectarines et céréales complètes.

Prenez beaucoup d’eau, environ deux à trois litres par jour. Résultats : que faut-il attendre de la liposculpture ? le volontaire peut s’attendre à un résultat plus harmonieux de la part de son organisme.

Il est important que la personne sache que la liposuccion en général n’est pas une chirurgie pour perdre de la masse. “Le volontaire doit avoir le poids idéal pour effectuer l’ablation de la graisse localisée”.

Le résultat de la liposculpture apparaît, en moyenne, au bout de quatre mois.

10 bonnes raisons d’arrêter de fumer

“Dans les endroits où nous enlevons beaucoup de gras, l’accumulation de gras ne se produit plus jamais. Malgré cela, le volontaire doit maintenir un régime hyperprotéiné pour aider à préserver le résultat de l’opération”.

Consultez les explications des principaux doutes concernant la liposculpture : Quelle est la différence entre la liposuccion et la liposculpture ?

“La liposculpture est une liposuccion avec greffe de graisse quelque part dans le corps. C’est-à-dire que vous enlevez la graisse d’un endroit et la mettez dans un autre. La liposuccion consiste uniquement à enlever de la graisse par les canules qui font l’aspiration”.

Pour qui la liposculpture est-elle indiquée ? “C’est essentiellement indiqué pour les volontaires qui ont besoin de remplir une partie de leur corps ou de leur visage avec de la graisse”.

Il convient de souligner que la liposuccion et la liposculpture ne sont pas des interventions chirurgicales indiquées pour ceux qui souhaitent perdre du masse. La personne doit avoir un poids idéal pour éliminer le gras localisé de certaines parties de l’organisme.

La liposculpture est-elle douloureuse ? Et le post-opératoire ?

La récupération est similaire à celle d’une liposuccion. “L’inconfort est proportionnel à l’élimination de la graisse. Plus nous passons l’aspirateur, plus l’inconfort est grand”. Il convient de noter que l’idée de douleur et d’inconfort est très relative. Certaines personnes peuvent ressentir plus, d’autres moins.

8 habitudes qui provoquent des rides

Une autre chirurgie peut-elle être associée (comme la pose de silicone) à la liposculpture ? Selon M. Cassol, aucune autre chirurgie n’est généralement associée à la liposculpture. Marcelo Moreira explique que la mise en place de silicone, par exemple, dans la même opération, est même possible. “Mais elle n’est définie qu’après les examens cliniques et la libération du clinicien”, souligne-t-il.

Dois-je faire un drainage après une liposculpture ?

“Le drainage lymphatique est toujours indiqué en période postopératoire, car il permet de dégonfler et de modeler la gras”.

“Le Minilipo est exactement la même chose que la liposuccion, sauf qu’il est pratiqué au cabinet (sans les soins d’un hôpital) et sous anesthésie locale (le patient est réveillé et ressent toute la manipulation)”.

Elle est considérée comme une petite liposuccion, réalisée par parties, avec un volume de liposuccion plus faible.

Puis-je faire une liposculpture avant de tomber enceinte ?

“Les patientes qui commencent leur grossesse dans les meilleures conditions physiques sont en mesure de maintenir le meilleur résultat et la meilleure récupération après la grossesse”.

Si je prends quelques kilos plus tard, est-ce que je perdrai le résultat de la liposculpture ?

“Vous ne perdez pas le résultat, car lorsque trop de tissu adipeux a été enlevé, le tissu ne repousse plus jamais comme avant. Mais les autres zones du corps finissent par souffrir d’une accumulation de gras”.

Quel est le risque de complications lors d’une liposculpture ?

“La plus grave et la plus rare sont l’embolie pulmonaire. Mais d’autres risques mineurs existent toujours, comme dans toute opération chirurgicale. C’est pourquoi le soin de faire la liposculpture dans un hôpital préparé, avec un anesthésiste spécialisé et un professionnel plastique qualifié”, souligne le professionnel plastique Cassol. Quand puis-je reprendre l’exercice après une liposculpture ? Selon Cassol, environ deux mois après l’opération. Quand puis-je reprendre le travail après une liposculpture ? Environ une semaine après l’opération.

Témoignages de ceux qui ont déjà misé sur la liposculpture

Marie, 43 ans, a subi l’opération et a considéré la période préopératoire comme calme : “En gros, je devais jeûner parce que je devais subir une anesthésie générale. Mais dans la période postopératoire, “l’animal attrape” : la peau semble avoir été brûlée, elle continue à “tirer”. Cela fait presque neuf mois et je sens encore ma peau se tirer.

Rafaellle, 30 ans, rapportent qu’elle a fait la liposculpture parce qu’après avoir perdu 15 kilos, elle ne se sentait toujours pas totalement satisfaite de son organisme. “J’ai perdu du masse en suivant un régime et en faisant de l’exercice. Mais j’avais encore quelques grass qui me gênaient, surtout dans l’abdomen, les jambes et les bras. J’étais également gêné par mes fesses, car je pensais qu’elles n’étaient pas proportionnelles au reste de mon corps. Avec la lipo, j’ai eu plus de courbes et je me sens bien, j’ai adoré le résultat. Je pense que tout cela vaut la peine quand on est sûr de ce qu’on veut”, dit-elle.

Si vous avez envie de faire une liposculpture, n’oubliez pas que vous devez d’abord chercher un chirurgien plastique, membre de la Société brésilienne de chirurgie plastique. Parlez ouvertement avec lui, dissipez tous vos doutes et parlez de vos attentes, et écoutez attentivement toutes les orientations et informations qu’il vous a transmises. Ces précautions sont fondamentales pour garantir la sécurité et pour que le résultat de l’opération soit effectivement positif.

Les informations contenues sur cette page sont uniquement à titre d’information. Il n’est pas destiné à remplacer les conseils et le soutien des médecins, des nutritionnistes, des psychologues, des professionnels de l’éducation physique ou d’autres spécialistes.