La vitamine D pour la santé cardiaque

Ces dernières années, les avertissements concernant les effets néfastes du soleil sur notre peau se sont multipliés. Le danger que représentent les rayons du soleil ne doit pas être sous-estimé, car il est en définitive tenu pour responsable du développement du cancerigène de la peau. C’est également la raison pour laquelle de plus en plus de personnes évitent le soleil, ce qui a des conséquences importantes sur leur santé cardiaque. En effet, cela peut entrainer une carence en vitamine D qui va entrainer des effets secondaires sur le cœur. D’autres apports en supplément vous aident à l’équilibre de votre métabolisme, boire du lait est un atout pour votre corps. La production de la vitamin D est idéale pour votre santé.

Vitamine D, l’hormone du soleil

Diverses recherches scientifiques ont montré que la vitamine D est très similaire à diverses hormones stéroïdiennes, de sorte qu’elle est désormais appelée hormone. Depuis lors, elle est connue sous le nom d’hormone solaire. L’explication de ce nom est basée sur le fait qu’elle est produite par le corps lui-même, exclusivement en combinaison avec la lumière du soleil. L’organisme apporte quotidiennement une quantité suffisante de cette hormone solaire sans besoin de supplémentation.  

En tant que substance messagère, elle atteint ensuite les os, les muscles, le cerveau, le système immunitaire, le pancréas et de nombreux autres organes du corps via le sang pour remplir les tâches qui lui incombent. Mais comment le corps réagit-il à une carence en vitamine D ? La réponse à cette question se trouve dans le système cardiovasculaire.

Comment la vitamine D est fabriquée à partir de la lumière du soleil ?

Le précurseur de l’oligoémlément D est formé dans le foie. Lorsque les rayons du soleil entrent en contact avec l’épiderme, ce dernier se développe pour devenir le premier précurseur de l’oligoélément D3.

Le derme lui-même forme alors un autre précurseur de la vitamine D3, le cholécalciférol. L’oligoélément D3 doit maintenant être transportée du derme vers le foie, où elle sera transformée.

La vitamine qui en résulte est maintenant appelée calcidiol et est à la base du métabolisme de l’oligoélément D. Par le sang, le calcidiol atteint finalement les cellules du corps, où la forme active de la vitamine D3, le calcitriol, est produite.

Il est à noter qu’elle est proposée comme complément alimentaire sous forme de calcidiol. Le Calcitriol n’est disponible que sous forme de médicament et uniquement sur ordonnance. Toutefois, une exposition suffisante au soleil suffit à l’organisme de la produire.

Supplément pour manque de soleil

Depuis des décennies, l’influence de l’oligoélément sur la santé osseuse a été soulignée. Une quantité quotidienne de 600 UI/a été recommandée pour un apport suffisant, tandis qu’en même temps, un taux sanguin de 20 ng/ml a été considéré comme normal.

Mais aujourd’hui, de nombreux experts sont d’avis que cette valeur devrait être d’au moins 50 ng/ml afin qu’elle puisse développer son effet optimal. Compte tenu de ces nouvelles connaissances, une quantité de 4000 à 10 000 UI de vitamine D3 est désormais considérée comme un dosage recommandé par la supplémentation (compléments alimentaires), tant que vous ne passe pas assez de temps au soleil.

Cependant, sa quantité réellement nécessaire doit toujours être considérée individuellement, car elle dépend de divers facteurs. Il faut tenir compte du point de départ, c’est-à-dire de la quantité produite par l’organisme lui-même.

En outre, la quantité absorbée par l’intestin diffère également beaucoup en fonction de la ration administrée. Cela dépend de la santé intestinale respective.

En outre, le poids de la personne joue également un rôle important. Comme elle est liposoluble, elle disparaît souvent dans les dépôts de graisse, en particulier chez les personnes en surpoids.

Vitamine D3 et vitamine K2

Il est impossible d’absorber une surdose d’oligoélément D en raison des rayons du soleil sur la peau. La situation est différente avec la supplémentation en vitamine D3. Dans ce cas, une overdose, qui pourrait alors causer des problèmes cardiaques, ne peut être totalement exclue.

Afin de bénéficier au mieux des effets d’une supplémentation en oligoélément D, la vitamine D3 doit être prise en même temps que la K2 (sous forme de MK-7). Les deux ont un effet synergique, en dissolvant les dépôts de calcium dans les artères et les valvules cardiaques et en les transportant là où ce dernier appartient réellement, aux os.

Les inflammations peuvent déclencher des maladies cardiovasculaires

Elle a de nombreux effets positifs sur le système cardiovasculaire. Cette découverte est particulièrement importante, car aujourd’hui, une personne sur deux meurt des conséquences d’une maladie de ce système. En particulier, les personnes souffrant d’hypertension artérielle sont jusqu’à trois fois plus susceptibles de subir une crise cardiaque que les personnes dont la tension artérielle est normale.

Certains spécialistes de la cardiologie veulent maintenant faire oublier l’idée fausse très répandue selon laquelle le cholestérol serait responsable du développement des maladies cardiovasculaires. Ils sont convaincus que ce n’est pas le cholestérol mais l’inflammation artérielle qui est à l’origine de tous les problèmes cardiovasculaires et des maladies cardiaques.

Les causes de l’inflammation artérielle

La plupart de ces réactions inflammatoires sont dues à une mauvaise alimentation. Les cardiologues accusent les autres carences en vitamine D. Cette thèse a été confirmée, entre autres, dans une recherche de huit ans (Ludwigshafen Risk Study) impliquant 3000 participants. Elle a montré qu’une carence en supplément D augmente considérablement le risque de mourir d’une maladie cardiaque. Des recherches américaines ont également confirmé cette corrélation.

L’explication de l’efficacité de cette dernière en ce qui concerne les maladies cardiovasculaires est qu’elle peut protéger contre les inflammations de toutes sortes.

Compte tenu de ce fait, il n’est pas surprenant que de nombreuses études récentes aient confirmé le lien entre la carence en vitamine D et le taux de mortalité toujours croissant des personnes souffrant de maladies cardiaques.

L’étude brésilienne sur la vitamine D

Les études mentionnées ci-dessus ont été menées dans des hôpitaux spécialisés dans le traitement des patients atteints de maladies coronariennes. L’une de ces recherches a été menée au Brésil et publiée en 2012.

Sur les 206 patients y participant, le taux de supplement D dans le sang a d’abord été mesuré. Les participants ont ensuite été divisés en deux groupes. Un groupe de patients avait un taux de 10 ng/ml ou moins et était donc considéré comme sous-approvisionné. L’autre groupe avait un taux de 20/— 8 ng/ml, ce qui était considéré comme normal. Après tout, il s’agissait de patients qui souffraient déjà de maladies coronariennes.

Parmi les participants à l’observation qui présentaient une grave carence en oligoélément D, un pourcentage nettement plus élevé est mort pendant le traitement hospitalier que parmi les patients dont les taux sanguins étaient normaux pour leur situation.

Les scientifiques sont arrivés à la conclusion suivante :

En d’autres termes, vous avez beaucoup plus de chances de mourir à l’hôpital après une crise cardiaque si vous avez une quantité insuffisante de vitamine D dans votre sang.

L’étude danoise sur la vitamine D

En septembre 2012, une recherche danoise a été menée à l’Université de Copenhague en coopération avec l’hôpital universitaire de Copenhague. Elle a porté sur plus de 10 000 Danois dont les taux ont été mesurés entre 1981 et 1983. Au fil des ans, les valeurs ont été régulièrement revues.

L’étude américaine sur la vitamine D

Une autre observation a été menée à l’Institut de cardiologie du Centre médical Intermountain à Salt Lake City, dans l’Utah. Cette prospection a porté sur près de 28 000 patients de plus de 50 ans qui n’avaient pas encore développé de maladie cardiaque. Tous les participants ont d’abord été testés pour déterminer le taux en oligoélément  D dans leur sang. Ils ont ensuite été divisés en trois groupes (très faible, faible et normal) en fonction de leurs résultats. La valeur indicative considérée comme normale dans cette recherche était de 30 ng/ml.

Elle a révélé que les patients qui avaient des taux très faibles couraient deux fois plus de risques d’insuffisance cardiaque que ceux qui avaient des taux normaux dans leur corps. En outre, les participants à l’observation appartenant au groupe ayant les taux les plus faibles auraient été environ 78due pour les accidents vasculaires cérébraux et de 45plus susceptibles de souffrir de maladies coronariennes. Dans l’ensemble, il a été constaté qu’un taux très faible provoque une insuffisance cardiaque deux fois plus souvent que chez les personnes ayant un taux normal.

Le meilleur fournisseur de vitamine D est le soleil

Tous les résultats des recherches concernant la vitamine D montrent clairement que le corps dépend de cette vitamine pour prévenir des maladies qui sont également dues à une carence en vitamine D. Utilisez ces informations au profit de votre santé. Exposez-vous aux rayons UV naturels aussi souvent que possible. Laissez le soleil briller sur votre peau autant que possible, tout en observant les recommandations pour la peau nécessaire.

Si vous vérifiez également votre alimentation et l’optimisez si nécessaire, votre cœur devrait bientôt se sentir mieux. Pour optimiser la présence de vitamine D dans votre organisme, un bain de soleil de temps en temps est donc nécessaire. Mais cela dans les règles répondant à une protection absolue contre les effets néfastes du soleil.